Kelly Exteriors
1238 Shepherds Mill Road
Berryville, VA 22611
Phone: (703) 865-7550
Email: info@kellyexteriors.com

Dans ce blogue, vous en apprendrez davantage sur le TDAH (trouble deficitaire de l’attention avec/sans hyperactivite), qui est, a mon avis, plus une difference qu’un deficit.

A travers mon quotidien d’attentionnelle et sous forme de chroniques, je vous ferai decouvrir un univers bien particulier, que partagent seulement 4% des personnes.

jeudi 23 septembre 2010

Quand l’anxiete est occupe a me rendre dingue (suite)

Pour vous montrer jusqu’a quel point l’anxiete est en mesure de aller, je vais vous raconter les evenements des derniers heures.

Me sentant particulierement deprimee, j’ai decide d’aller au cinema pour me changer les pensees. Il est vrai que je n’ai pas choisi la soiree le plus calmant : Le dernier exorcisme. Toujours est-il que quand est venu l’instant, pour le pretre, de faire son premier exorcisme, je ne sais gui?re et cela s’est passe mais J’me suis soudainement sentie la tete vide et les pieds dans le beton. Tout a coup, je ne pouvais plus affirmer a rien et c’est comme si la conscience de devenir en vie avait fichue le camp. Une sensation tout–a-fait effrayante, croyez-moi. Mon coeur semble s’i?tre emballe, la tete s’est mise a tourner et j’etais sur le bord de perdre connaissance. Donc, ne voulant gui?re etre le spectacle d’la soiree (apres bien, c’etait la soiree que les gens etaient venus voir, pas moi!), j’ai quitte la salle en deux moment trois mouvements.

J’me foutais des regards de curiosite qu’on me jetait : je devais m’en aller de la au plus vite ! Direction : salle de bain pour me rafraichir. La, je me suis jetee de l’eau a la figure, cela m’a apaiser quelque peu et, j’habite sortie du cinema a J’ai grande course : je devais aller a l’hopital ! Moi qui n’a jamais ete folle de vitesse, je n’avais jamais pris la route aussi vite, croyez-moi! Je brulais les feux rouges, je depassais en trombe et j’ouvrais les fenetres, l’air climatise et Notre musique. L’ACV et la syncope me guettaient, c’etait entendu ! Je risquais meme de ne jamais me rendre a l’hopital ! Je me suis fera bientot coller au cul : oh non ! J’ai police ! Ne manquait plus que ca ! Ben f*?% ! Qu’ils me donnent votre ticket une fois la-bas ! Je ne pouvais plus recevoir : c’etait ma vie qui etait en jeu !

Rendue a l’urgence, je me suis engouffree trouver un trio Г  trois dans la salle de triage, en decrivant l’ensemble de les symptomes. Elle a commande la temperature et la pression arterielle.

– Vous etiez prise dans du beton ? a demande l’infirmiere. – Non, jamais pour vrai ! C’est une facon de parler ! J’ai ete une sensation !

Espere de connasse !

– Plus de tete qui tourne ? – Ben. c’est moins pire. – Et des picotements ? – bien un tantinet. – en deux jambes ? – Est-ce que c’est un AVC ? – Non, surtout si les picotements etaient en deux jambes. Dormez-vous bien ces temps-ci ? – Ben, pas vraiment mais. – C’est de l’hyperventilation. – Ben la . Ca va jamais etre dans ma tronche : je feelais tellement mal ! J’aimerais qu’on m’hospitalise ! Si c’est dans ma tete, j’habite jamais en etat de sortir ! J’ai trop peur de me sentir comme ca rendue chez moi ! – Ca ne fonctionne pas comme ca, Madame. On n’hospitalise plus autant qu’avant. Vous devez voir le medecin, avant. C’est lui qui va decider ca. – Ah bon. Ok. – Allez vous asseoir en attendant et si vous ne vous sentez nullement beaucoup, revenez me voir. – Ok. Remerciements. Bonjour.

Decue et frustree contre l’infirmiere, je me suis lentement dirigee vers la salle d’attente. Eh bien ! Croyez-le ou non mais peu a peu, les symptomes devenaient de moins en moins intenses. J’me sentais soudainement plus ! Etrange, bien ainsi ! Je commencais a croire l’infirmiere : ca ressemblait a une pi?te d’anxiete ! Mais comment l’anxiete pouvait-elle me faire sentir ainsi ?!

Manquant d’argent pour payer mon stationnement et voulant juste me coucher, j’ai quitte brusquement l’urgence de l’hopital, esperant que la sensation de hurle cardiaque ne reprenne jamais chez moi !

Le surlendemain, la meme sensation. Avec des crises de larme et d’hysterie en prime. Belle image a le fils ! Direction : hopital. L’infirmiere, qui reste une nouvelle, prend encore ma pression et la temperature.

– Est-ce que je fais une temperature ? Ma pression reste haute ? – Non, aucune temperature et J’ai pression reste belle. Vous m’avez l’air stressee. – Oui, un brin, c’est normal ! Je me sentais tellement mal ! J’avais les pieds et les bras qui picotaient, la sensation en tete qui est vide, plus capable de penser, de parler, etourdie quand je bouge la tronche, nausees. – Pas vomi ? – Non. – Avez-vous retourne du tilenol ? – Non. – Sentais ? C’est moins pire ? – Ben. quelque peu. – Ca a l’air etre du stress. Allez vous asseoir : le medecin vous examinera. – Ok. Merci.